Tu sais, mon vieux Jean-Pierre is inspired by the work of archaeologist Jean-Pierre Chrestien (1949–2008), who worked hand-in-glove with a generation of researchers in helping to unearth unexpected and always interesting aspects of New France. Contributions focus first upon the door to New France in the Gulf of St. Lawrence, Newfoundland and Acadia. A second set of essays move further up the St. Lawrence and into the heartland of the continent. The final section examines aspects of Canadian culture: popular art, religion and communication. The essays share a curiosity for material culture, a careful regard for detail and nuance that forms the grain of New France studies, and sensitivity to the overall context that is part and parcel of how history proceeds on the local or regional scale. Happily we can now dispense with old-fashioned and facile generalizations about the allegedly absent bourgeoisie, the purportedly deficient commercial ethic of the habitants and the so-called underlying military character of the colony and get down the business of understanding real people and their possessions in context.
Les repères biographiques sont tels, dans « L’homme clandestin », que l’on pressent, dès les premières lignes du roman, que le narrateur emprunte beaucoup de ses traits à l’auteur. D’ailleurs - si le titre n’était déjà réservé - Théo Lésoualc’h aurait fort bien pu intituler son livre La mémoire et la mer tant les marées, qu’elles soient de vagues ou de souvenirs, baignent ce texte soutenu par une écriture haletante, épileptique même à certains moments. Théo Lésoualc’h plonge ses racines dans le lieu dans lequel il vit, écrit et rêve. Néanmoins, ce nomadisme affectif ne le coupe pas de la Bretagne de son enfance où il aimait à entendre les récits de marins. « C’était un monde où régnaient les morts », dit-il à propos du tribut que l’océan impose à ceux qui l’aiment d’un peu trop près. Théo Lésoualc’h évoque aussi dans son récit une ville désormais éteinte dans laquelle il se noyait avec délice. Ce Paris, au temps où on y parlait plus qu’on y achetait, il le fait revivre avec une émotion rare.
Recueil choisi de romans, feuilletons, ouvrages historiques et dramatiques, en prose et en vers, des auteurs modernes les plus renommes.
« J’ai connu un Jean-Marc. Il y en avait au même moment des dizaines d’autres. J’en suis sûr. J’aimais ta géométrie variable, que je n’ai jamais constatée mais que je supposais. Tu avais l’art de l’adaptation. Ce qui t’importait, c’était moins toi-même que celui qui te faisait face. Tu ne te mettais jamais en avant. Tu faisais exister l’autre. Il devenait à ton contact l’être soudainement le plus important. Tu étais changeant, arc-en-ciel. Je te soupçonnais de pouvoir dire à l’un quelque chose et au suivant son contraire. Aucune hypocrisie dans cela. Tu n’étais pas là pour juger des opinions. Tu nous prenais comme nous étions. Tu nous donnais ce que nous espérions trouver. Tu savais, pour l’être toi-même, qu’un auteur est plus fragile qu’une libellule. Il te fallait tout simplement préserver les conditions dans lesquelles ses ailes pouvaient continuer à se déployer, fines et somptueuses. »
Charles travaille dans le secteur de la santé, où il est confronté avec la mort des patients et la problématique de la qualité de la relation à autrui. Il fréquente aussi le club d'échecs de sa ville et prend part à des discussions philosophiques, tout en "poussant le bois". Dans ce club, on discute de tout, y compris de la mort et de la fin du monde... Questions de croyances... Comment lire les textes de la bible ? D'où provient la foi ? À quoi sert-elle ? Que faire en cette vie ? La mort est-elle la fin ?Y a-t-il une autre vie après la mort ? Pour s'expliquer sur toutes ces questions, Charles, devenu agnostique, est amené à raconter ses passions de jeunesse, qu'il revisite avec son esprit pragmatique et laïc. Il raconte sa première foi de jeune théologien enthousiaste se préparant à la prêtrise. Quand il rencontre l'amour, il sera écartelé entre plusieurs choix de vie. Comment pourra-t-il se libérer et assumer une vie harmonieuse sans se renier ?

Best Books